Criminonet : Actualité criminologique de la semaine (11/01/2009)

Au sommaire de cette semaine :

criminonet

STATISTIQUES :
La délinquance baisse en France, mais les agressions contre les personnes augmentent encore [France]

INTERNET :
Twitter au coeur d’un meurtre [Etats-Unis]

INFANTICIDE
Double infanticide en Corrèze : un déni de grossesse ? [France]

INSOLITE :
Un « mort » se réveille à l’autopsie [Asie]

SECTE, VIOLS :
Un gourou israélien arrêté pour esclavagisme et abus sexuels [Israel]

PEDOPHILIE :
Condamnation de 2 pédophiles britanniques ayant abusé d’orphelins albanais [Albanie]

Cliquez ici pour lire la suite

STATISTIQUES :
La délinquance baisse en France, mais les agressions contre les personnes augmentent encore [France]

Le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, annonce une légère baisse de la délinquance générale en 2009 en France, avec un peu plus de 1%.
Après le bilan de 2008, qui était déjà mitigé, ce nouveau résultat marque un arrêt des fortes baisses enregistrées de 2002 à 2007 après le retour de la droite aux affaires.

Environ 3,5 millions de faits ont été constatés en 2009 par les différents services, soit une baisse de 1,04%.

Les bons résultats des quatre derniers mois ont évité un renversement de tendance, a souligné Brice Hortefeux lors d’une conférence de presse.

Les chiffres diffusés par l’Observatoire national de la délinquance (OND) confirment en outre la poursuite de la hausse des violences aux personnes (+2,76%), une tendance qui vaut au gouvernement des critiques répétées de la gauche.

Les atteintes à l’intégrité physique s’accompagnent en 2009 d’une hausse des violences commises dans le but de voler. les années précédentes, elles avaient tendance à baisser.

En revanche, les atteintes aux biens restent quasiment stables avec 2,2 millions de faits, soit une baisse de 0,7%.

Brice Hortefeux, qui a fait dans la matinée le bilan de la politique de sécurité en 2009, peut se flatter d’avoir redressé la barre dans les trois derniers mois, alors qu’il avait pris ses fonctions en juin.

En septembre dernier, Nicolas Sarkozy avait fait une visite surprise au ministère de l’Intérieur pour encourager son ministre, alors confronté à de mauvais chiffres.

Résultats mitigés
En dépit de résultat mitigés, Brice Hortefeux a fait valoir jeudi qu’en sept ans, la délinquance générale avait reculé de 14%, faisant environ 500.000 victimes de moins par an.

Des syndicats de police et la gauche dénoncent toutefois une « course aux chiffres » visant à gonfler les statistiques au détriment d’une réelle efficacité sur le terrain, d’autant que parallèlement les effectifs policiers diminuent.

En outre, si les atteintes aux biens chutent, les violences urbaines augmentent année après année et les policiers se plaignent ouvertement de la culture du résultat mise en place depuis 2002 par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur.

La gauche dénonce la hausse continue des gardes à vues, qui ont encore augmenté de 0,4% en 2009 selon les chiffres du ministère de l’Intérieur. Il y en avait eu 578.000 en 2008.

Les avocats mènent campagne depuis plusieurs semaines pour une réforme de la garde à vue, estimant que le droit français en la matière n’est pas conforme au droit européen.

A l’approche des élections régionales, le gouvernement tente de relancer le thème de la sécurité, qui avait permis en 2007 à Nicolas Sarkozy de capter une partie de l’électorat du Front national lors de sa campagne présidentielle.

Mais pour le Parti socialiste, la droite a obtenu des résultats inversement proportionnels à son « obsession sécuritaire » et sa politique a échoué, en particulier dans les banlieues sensibles.

Source : Reuters
—————————————————

INTERNET :
Twitter au coeur d’un meurtre [Etats-Unis]

La police new-yorkaise enquête sur le premier meurtre de l’ère « Twitter ». Kwame Dancy a été froidement abattu d’une balle dans la nuque par son ami Jameg Blake à la suite d’une prise de bec de plusieurs semaines sur Twitter, un outil de réseau social sur la Toile qui permet d’envoyer des messages courts et instantanés. Les deux hommes s’étaient disputés à cause d’une histoire de coeur.

Preuve légale
La police exige que Twitter délivre le contenu exact des messages litigieux. Selon les experts, ce serait la première fois que les « posts » du réseau social californien sont utilisés comme une preuve légale lors d’un procès pour meurtre. Le Procureur général entend démontrer de la sorte qu’il y a eu une escalade dans relation entre les deux protagonistes.

Messages de haine
Depuis leur tendre enfance, les deux individus étaient comme les doigts de la main et habitaient au même étage du gratte-ciel « The Big Appel ». Récemment, leur relation s’était envenimée à cause d’une histoire de femme. Les dernières semaines, ils s’adressaient sans arrêt des messages de haine. Des tiers avaient même participé à ses invectives mutuelles.

« RIP, Kwame »
Lorsque Dancy, un étudiant-infirmier, a quitté son appartement le 1er décembre dernier, il a été abattu d’une balle dans la nuque. L’arme du crime avait été retrouvée un peu plus tard dans Central Park. Deux jours plus tard, Blake postait le message suivant sur Twitter: « Rest in Peace Kwame ».

« J’aimerais comprendre »
Selon Madeline Smith, la mère de Dancy, il est horrible que son fils ait été assassiné par un ami à cause de messages virtuels. « Ce n’est quand même pas une raison pour abattre quelqu’un. Je ne sais pas ce qui cloche avec ce réseau Twitter. Jameg était le meilleurs ami de Dancy, mais, manifestement, je ne le connaissais pas si bien que cela. J’aimerais comprendre son acte maintenant ».

Source : Belga
—————————————————

INFANTICIDE :
Double infanticide en Corrèze : un déni de grossesse ? [France]

Les questions subsistent dans l’enquête sur la découverte des cadavres de deux fillettes dans un sac-poubelle, mercredi dernier à Cublac (Corrèze).

Beaucoup d’interrogations et une prudence absolue. L’enquête (*) sur la découverte des cadavres de jumelles, découverts mercredi dernier à Cublac, avance à pas comptés.

Ni les analyses médico-légales et techniques, ni les interrogatoires conduits dans l’environnement proche de la famille n’ont pu apporter de réponses précises. Quant à la mère, hospitalisée dans l’unité psychiatrique de l’hôpital de Brive, elle ne peut être entendue, vu son état de choc », constate le procureur de la République de Brive, Edmond Bisiaux.

Seule certitude, « cette affaire intervient dans un contexte de déni de grossesse parce qu’il n’y a eu aucune déclaration médicale de grossesse », pose le procureur. L’interrogatoire des proches de la jeune mère et du médecin de famille, le confirme : « Pour le moment, personne ne savait rien. Nous n’avons pas saisi son dossier médical, mais nous ne sommes pas en présence d’un tableau psychologique de grande fragilité, ni dans un contexte (social ou familial susceptible d’être à problèmes, NDLR) où les gendarmes auraient été appelés à intervenir dans son environnement », poursuit-il. Reste donc à préciser les faits qui détermineront les suites judiciaires à donner à cette affaire. « Aucune qualification n’a été retenue pour l’heure, il faut d’abord s’assurer des éléments matériels et intentionnels », précise le procureur. Déterminer en somme si les deux bébés, nés à terme, étaient vivants et viables à la naissance, et si la mère, faute de soins appropriés ou dans un geste volontaire, a été à l’origine de leur mort.

Ce mercredi 6 janvier, la jeune femme, âgée de 30 ans et mère de trois enfants âgés de moins de 10 ans, est a priori seule à son domicile, situé dans le lotissement de Vieille-Vigne à Cublac. À l’hôpital de Brive, où elle est conduite pour une hémorragie, les médecins décèlent un accouchement récent. C’est son conjoint, sollicité par les soignants, qui découvre, sur la terrasse de la maison, le sac-poubelle contenant les enfants ; à leur arrivée à l’hôpital, ils sont décédés.

L’autopsie médico-légale ne révèle pas les causes de la mort, ni « aucune trace apparente de violence manifeste ». D’ici quinze jours, les résultats d’analyses complémentaires, pratiquées à Limoges, devraient être plus précis. Ces analyses microscopiques des tissus pulmonaires préciseront si les bébés ont respiré à leur naissance. Des recherches de toxiques sont également en cours.

D’autre part, une expertise psychiatrique de la jeune femme a été demandée afin de déterminer quand et dans quelles conditions les enquêteurs pourront l’entendre. « Peu à peu, nous essayons de circonscrire les faits, mais son témoignage est primordial », insiste le procureur Bisiaux. Elle devra notamment s’expliquer sur les circonstances de l’accouchement et sur ses actes qui ont suivi.

Des expertises scientifiques et de ses déclarations découleront les suites judiciaires données à cette affaire, pour l’heure au stade de l’enquête de flagrance. Ou une procédure criminelle sera ouverte, pour meurtre sur mineur (la réclusion criminelle à perpétuité est encourue) ou pour délaissement de mineur suivi de la mort de ce dernier (vingt ans de réclusion encourus) ; la jeune femme serait alors jugée par une cour d’assises. Ou c’est le délit de recel et de dissimulation de cadavre qui sera retenu (deux ans de prison encourus) avec une comparution devant le tribunal correctionnel.

« Pour l’heure, nous travaillons dans le cadre le plus lourd, dans le cadre d’une enquête pour infanticide. Nous arrêterons notre position quand nous aurons tous les éléments en notre possession ». »

(*) Conduite par la brigade de recherche de Brive, avec le soutien technique de la section de recherche de Limoges.

Un article de Blandine Hutin.

Source : Lamontagne.fr
—————————————————

INSOLITE :
Un « mort » se réveille à l’autopsie [Asie]

Un Indien déclaré mort, après avoir été heurté par une voiture le 25 décembre dernier, s’est réveillé sur la table d’autopsie. Manas Deo, 44 ans, a bien failli être découpé en morceaux. Il avait été emmené à l’hôpital d’urgence après l’accident. Les docteurs n’avaient pu que prononcer son décès: son coeur ne battait plus.

A la surprise générale, Manas a ouvert les yeux quand les médecins commençaient son autopsie. Il a été emmené, après son réveil, dans un hôpital de la ville de Cuttack pour être soigné. Il va bien et devrait quitter l’établissement dans quelques jours.

Ce n’est pas la première fois qu’un homme déclaré mort se réveille. En 2007, un Vénézuélien avait été emmené à la morgue après un accident de voiture. Quand les docteurs ont commencé à couper le visage du défunt, ils ont constaté qu’il saignait et l’ont rapidement recousu. Quand sa femme est arrivée à la morgue pour identifier le corps de son mari, elle a eu la surprise de le retrouver vivant.

Source : Belga
—————————————————

SECTE, VIOLS :
Un gourou israélien arrêté pour esclavagisme et abus sexuels [Israel]

La police israélienne a annoncé jeudi avoir arrêté le dirigeant d’une secte soupçonné d’esclavagisme et d’abus sexuels à l’encontre de dizaines de femmes et enfants.

Goel Ratzon, 59 ans, est accusé d’avoir séquestré 17 femmes et 40 enfants dans plusieurs appartements de la région de Tel Aviv, selon un porte-parole de la police israélienne, Micky Rosenfeld.

La police a découvert entre autres 10 femmes et 17 enfants enfermés dans un appartement de trois pièces dans « des conditions horribles », a précisé le porte-parole.

M. Ratzon est connu depuis des années comme le gourou d’une secte dont les adhérents, toutes des femmes, affirmaient l’aduler, avaient des relations sexuelles avec lui et accouchaient de ses enfants. Il aurait au total des dizaines de femmes et d’enfants, selon les médias israéliens.

La police soupçonne Goel Ratzon d’avoir violé et rendu ses propres filles enceintes.

Source : Belga
—————————————————

PEDOPHILIE :
Condamnation de 2 pédophiles britanniques ayant abusé d’orphelins albanais [Albanie]

Un tribunal albanais a condamné deux ressortissants britanniques à 15 et 20 ans de prison pour abus sexuels sur des enfants dans un orphelinat dont ils s’occupaient, ont rapporté mercredi les médias locaux.

La condamnation de Dino Kristudulu, 45 ans, à 20 ans de prison et de Robin Arnold, 56 ans, à 15 ans de prison intervient plus d’un an après la condamnation de l’Ecossais David Brown, 58 ans, à 20 ans de prison dans la même affaire.

Les trois hommes ont été condamnés pour abus sexuels sur des garçons, âgés de 6 à 9 ans, dans un orphelinat dirigé par la His Kids foundation de Brown à Tirana.

L’orphelinat avait été fondé en 1999, pendant la guerre au Kosovo.

Tous trois seront expulsés d’Albanie lorsqu’ils auront purgé leur peine dans une prison de haute sécurité.

L’orphelinat a été fermé en 2006, un an après qu’un des enfants ait révélé à la police qu’il avait été abusé.

Deux autres personnes doivent encore être jugées dans cette affaire.

Source : Belga

Articles similaires:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *