Le bruit du silence, paradoxe

Paris, mars 2020, un soleil éclatant
Le printemps arrive, la vie renait en dansant
Et le nombre de morts augmente sans cesse
Paradoxe de notre monde qui s’affaisse

L’air est pur, le chant des oiseaux danse
La nature dicte son rythme, dans la douceur
La mort frappe, sur BFM en boucle, l’horreur
Les hôpitaux étouffent, eux aussi, en silence

La sève monte, les bougeons sortent librement, eux…
Le calme puissant de la vie reprend ses droits, sans bruits…
Cloue le bec d’une humanité autruche, sourde aux cris
De ceux qui hurlaient, pour éteindre sur la terre, le feu

Paris, mars 2020, l’air pur emplit nos poumons
Le soleil a remplacé nos réveils, à coté du lit
Mars 2020, les urgences manquent temps et de lits
Sur terre en 2020, l’air n’arrive plus dans les poumons

Le monde, en 2020 est un paradoxe qui hurle sans bruit…
Entendez vous ? Écoutez vous ? Sentez vous ?

Le temps des questions est venu, le temps de l’addition aussi …
Nous le découvrons, les mathématiques sont silencieuses,
Mais quand l’équation est pleine, tout s’arrête !
Le temps des question est venu …

Articles similaires:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *